Paul-François Sylvestre

Les Éditions Hurtubise poursuivent leur publication d’albums qui expliquent un sujet complexe en une série de courts articles de 30 secondes chacun. Le nouveau-né de cette collection est La littérature québécoise en 30 secondes, de Michel Laurin. Tout y est, des premiers textes historiques aux récits féministes, en passant par les contes, légendes, poèmes, romans, pièces de théâtre, essais et même la chanson.

Ce livre présente les moments forts et les figures marquantes de l’histoire littéraire québécoise. Cette dernière débute avec les premiers récits des missionnaires avides de découvertes. Elle continue avec les Canadiens français qui cultivent l’art du conte, de la chanson et des légendes pour conserver leur identité. Elle se révèle dans les journaux où les discours, poèmes et essais évoquent la soif de liberté des Canadiens français. Il faudra attendre 1940 pour que les voix de la modernité s’élèvent et que romanciers, dramaturges et poètes donnent la pleine mesure de l’identité québécoise.

Michel Laurin propose 62 articles qui incluent chacun un résumé de 300 mots (30 secondes), un condensé en 3 secondes et un sujet de réflexion. Pour les contes, son condensé se lit comme suit : « Afin d’éviter qu’ils ne sombrent dans l’oubli, les écrivains donnent une forme écrite aux légendes et aux contes de la tradition orale. »

Il inclut le profil de huit écrivains qui ont marqué le territoire littéraire au fil des siècles : Marie de l’Incarnation, Arthur Buies, Émile Nelligan, Anne Hébert, Jacques Ferron, Marie-Claire Blais, Jacques Poulin et Fanny Laferrière.

Il y a même un article sur « La francophonie canadienne », où l’auteur signale la contribution d’auteurs comme Gabrielle Roy (Manitoba), Antonine Maillet (Nouveau-Brunswick), Patrice Desbiens et Jean Marc Dalpé (Ontario). On note que Toronto, Ottawa et Sudbury disposent de théâtres, de maisons d’édition et d’une revue culturelle (Liaison).

Lord Durham a déjà écrit que les Canadiens français étaient un peuple « sans histoire et sans littérature ». L’histoire a prouvé le contraire. Le rayonnement des écrits québécois dépasse les frontières provinciales, comme en font foi les pièces de Michel Tremblay traduites et jouées de par le monde ou la présence des auteurs québécois dans les foires du livres à Paris, Bruxelles, Genève et Francfort.

Michel Laurin, La littérature québécoise en 30 secondes, Montréal, Éditions Hurtubise, 2017, 160 pages, 22,95 $.